emu
Peugeot Motorcycles

Peugeot P515

Peugeot P515 "des records" 1934

En septembre 1933, la Peugeot 515 fait sensation lors de sa présentation à la presse par Antoine Peugeot. La gamme lancée au salon de Paris marque, avec les P515 et P517, le retour de la firme dans la catégorie des 500cc abandonnée à la fin de la Première Guerre Mondiale. L'accent est mis, lors de leur lancement, sur leur grande puissance et sur leurs performances obtenues sans que souplesse, fiabilité et confort en soient diminués.

Ces mono-cylindres s'affirment comme les plus belles motos françaises de série de l'entre deux guerres. Très vite, elles acquièrent une réputation de machines robustes; aussi les 515 sont-elles fabriquées jusqu'en 1940.

Leur moteur 4 temps, est à soupapes en tête et arbre à cames longitudinal; il renoue avec la longue course de 96mm pour 81 d'alésage. Doté d'un graissage automatique à carter sec et d'une pompe à huile généreuse, il généralise l'emploi de nombreux roulements à billes ou à aiguilles et bénéficie d'une fabrication soignée. Cette motorisation est associée à une boîte 4 vitesses.

La moto présentée, légèrement allégée par rapport à la version client et adaptée au pilotage sur piste, s'illustre les 5 et 6 octobre 1934 à Montlhéry. Pilotée par C.Narci, R. et M.Pahin et A.Verchère, elle bat 9 records du monde, dont ceux des 3000 km à 118,162 km/h de moyenne et des 24h à 118,747 km/h.


In September 1933, the Peugeot 515 caused a sensation when presented to the motorcycle press by Antoine Peugeot. The range launched at the Paris Salon included the P515 and P517, marking the return of the firm to the 500cc category - their first such models since 1920. The new machines achieved considerable power and performance without sacrificing flexibility, reliability or comfort. [1]

These single cylinder motorcycles are among the most beautiful French motorcycles produced during the interwar period and they soon acquired a reputation for reliability. As a result, the 515 series remained in production until 1940.

The OHV long-stroke engine (81x96mm b/s, 495cc) is equipped with automatic sump lubrication and a substantial oil pump, and utilizes ball and needle-roller bearings. Power transmission is via a four-speed gearbox.

On October 5th and 6th of 1934 at Montlhéry a race-tuned P515 ridden by Camile Narci, R. and M. Pahin, and Pedro Verchère achieved 9 world records. These included the 3000 km at 118.162 km/h average and 24h at 118.747 km/h.

Notes. 1. The helical gears driving both magneto and longitudinal camshaft proved somewhat fragile.

Source: Thomas Bersy

French text is from a plaque at the Bicentenaire Peugeot, Paris Rétromobile 2010.


Peugeot P515 500cc

The 495cc Model 515 which proved very successful, gaining three world speed records in 1934. This handsome machine was marketed as Automoto A 58, Peugeot P 515, Griffon G545 and Aiglon A545

Production Years: 1935-1940

Specification:
495 cc (81 x 96 mm) - 22 hp at 5000 rpm - OHV - Forced Lubrication - Magneto Ignition - multidisc clutch - unit-constuction engine block with 4-speed gearbox, foot actuated - parallelogram forks - drum brakes 200 mm - Tyres 19" - weight 155 kg - top speed 125 km/h.


Peugeot 500 P515 SP 1939

Le 26 septembre 1933, neuf jours avant l'ouverture du salon de Paris, un jeune homme de vingt-trois ans, Antoine Peugeot, le plus jeune des petits-fils d'Eugène, présente à la presse dans l'usine de Beaulieu où elle est construite une toute nouvelle gamme de quatre motos dites "de grande puissance" : la P115 (350 culbutée), la P117 (350 latérale), la P515 (500 culbutée) et la P517 (500 latérale). L'accent est mis sur les qualités de puissance et de performances obtenues - selon les termes mêmes du communiqué qui fut publié - "sans que souplesse, fiabilité et confort en soient diminués". Ces quatre nouvelles motos sont, bien sûr, réalisées en bloc moteur avec trois vitesses seulement sur les 350 mais, pour la première fois chez Peugeot, avec quatre rapports pouvant être commandés par sélecteur au pied sur les 500. L'arrivée de cette gamme "de grande puissance" est donc un événement de première importance.

L'évolution de la gamme est à la fois très simple et très complexe. Très simple car la lignée de modèles ne s'élargit qu'une seule fois en 1935 avec la P415 (350 culbutée à quatre vitesses) et la P503 (500 latérale à trois vitesses).

Très complexe car les modifications apportées au fil des six années de production furent si nombreuses que les décrire en détails demanderait plusieurs pages... Signalons tout de même l'adoption, en 1937 semble-t-il, de ressorts de soupapes en épingles à la place des ressorts hélicoïdaux. Le suivi de l'évolution est rendu difficile par la valse incessante des appellations. On se perd aisément entre les multiples versions N, L, GT, S, GTS, NL, HL, RL. On peut résumer comme suit : les versions N, S et NL sont les modèles de base aux finitions simples; les versions L, HL et RL, plus luxueuses, bénéficient de chromes beaucoup plus nombreux; enfin, les versions GT et GTS réunissent toutes les options (ou presque) figurant au catalogue.

Seule est facile à définir la version SP : elle ne s'applique qu'aux 350 et 500 culbutées à quatre vitesses dont le taux de compression est augmenté : cela permettait de tirer le meilleur parti soit des supercarburants ESSO ou Azur, tout juste apparus aux pompes, soit d'un mélange à parts égales d'essence et de benzol. Avec, en outre, des soupapes spéciales rappelées par des ressorts plus durs. La vitesse garantie par Peugeot était de 140 km/h pour une P515 SP.


At the Peugeot factory in Beaulieu on September 26, 1933, nine days before the opening of the Paris Salon, a young man of twenty-three, Antoine Peugeot, the youngest grandson of Eugene, presented to the press a new range of four motorcycles termed "de grande puissance" (of great power): the P115 (350 OHV), the P117 (350 SV), the P515 (500 OHV) and the P517 (500 SV). Emphasis is placed on the qualities of power and performance obtained - the press release reading "without flexibility, reliability and comfort being diminished". These four new motorcycles are using a unit-construction engine block with three speeds for the 350 and, in a first for Peugeot, a four-speed gearbox with foot selector on the 500. The arrival of this range therefore an event of considerable importance.

The evolution of the range is both simple and complex.

Simple because the model range increased only once, in 1935, with the P415 (350 OHV four-speed) and the P503 (500 SV three-speed).

Complex because the changes made over the six years of production were so numerous that to describe in detail would require several pages. Note nevertheless the adoption, in 1937 it seems, hair-pin valve springs in place of coil springs. The monitoring of evolution is made difficult by the constant waltz of appellations. The sequence is easily lost with the multiple versions N, L, GT, S, GTS, NL, HL, RL, which may be summarized as follows: N, S and NL versions are basic models with simple finishes; the more luxurious versions L, HL and RL have much more chrome; finally, the GT and GTS versions bring together almost all options listed in the factory catalogue.

Only the SP version is easy to define: the designation applies to 350 and 500 four-speed OHV models with a higher compression ratio. This allows the use of the ESSO and Azur high-octane fuels which had only recently become available, or a mixture of equal parts gasoline and benzol. The engines also had special valves using stronger springs. Peugeot guaranteed a speed of 140 km/h for the P515 SP.

If you have a query or information about Peugeot motorcycles please contact us